E patrimoine

Fotografo

La sablière de Ninveau,
réserve naturelle de Onhaye

 

alyteLe site de neuf hectares est une ancienne carrière de sable et se compose d' une mare des talus et replats sableux. Son intérêt biologique est important, la callune y pousse en abondance et huit espèces de batraciens (l'alyte accoucheur, le crapaud commun, le triton alpestre, le triton palmé, le ponctué et le crêté, la grenouille verte et la grenouille rousse) et deux espèces de reptiles, l'orvet fragile et le lézard vivipare, en ont fait le lieu de vie et de reproduction.

 

reserve4La Sablière de Ninveau est une Réserve Naturelle Domaniale, ce qui veut dire qu'elle est située sur des terrains publics et est gérée par le Département de la Nature et des forêts (DNF). Les travaux proposés visent à maintenir une partie du milieu ouvert avec des landes à bruyères et des espaces sablonneux tandis que l'autre partie ne supportera aucune intervention pour que l'ancien taillis sous futaie évolue vers une futaie naturelle.

 

Lezard vivipare Lacerta vivLes infrastructures seront améliorées dans le but de protéger le site d'une utilisation touristique sauvage. Régulièrement des opérations de nettoyage sont organisées.


Notre patrimoine

 

C'est à Anthée, au XIXe s., que fut découverte une des plus importantes villa gallo-romaines du pays. Composé du XVIe au début XVIIIe s., le château-ferme de la Forge est une construction en U, faite de calcaire, brique et pierre bleue. Le château de Fontaine, aussi en U, et moellons de calcaire fut construit aux XVIe et XVIIe s. à partir d'un donjon carré médiéval qui subsiste à l'angle NE mais exhaussé d'un étage à encorbellement au XXe s. Ce château impressionne par ses 3 grosses tours d'angle massives. Le site est classé. Le village d'Anthée fut, hélas, détruit le 25 août 1914, ce qui a abimé son patrimoine architectural.

La sinueuse et belle vallée de la Molignée, avec ses 6 ponts de chemin de fer, en moellons de calcaire à bossage, avec double arche en plein cintre, conduit vers Falaën et Maredsous et constitue, à juste titre, un circuit touristique apprécié.

Dans un des plus beaux villages de Wallonie, Falaën, on découvre un impressionnant château-ferme. Il s'agit d'une imposante exploitation seigneuriale du dernier tiers du XVIIe s. Jadis entouré de douves, c'est un vaste quadrilatère homogène en briques enduites, moellons et pierres de taille calcaire, couvert d'ardoise et construit dans le style traditionnel mais légèrement baroque. L'ensemble, accentué par 4 hautes tours d'angle carrées, s'organise autour d'une cour d'exploitation fermière accessible par une tour-porche monumentale, autrefois protégée par un pont-levis. Le lieu est classé comme site et monument.

Les ruines du château féodal de Montaigle sont classées Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Sur un éperon rocheux abrupt, au confluent du Flavion et de la Molignée, ce site est occupé depuis l'Age du Fer. Se dégagent aujourd'hui, les ruines d'un important château résidentiel des XIVe – XVe s., siège du bailliage de Montaigle. On peut encore voir de nombreuses traces d'habitation et d'exploitation dans ces hautes et basses cours fortement étagées : fenêtres à banquette, escaliers en tout genre, caves voûtées, four à pain, puits et citerne, tours rondes ou carrées fortifiées.

Mentionnons aussi les monuments et sites classés de la chapelle Saint-Pierre de Serville et son allée de tilleuls. La chapelle est en réalité le chœur gothique (daté de 1624) de l'ancienne église. La nef remontant au XVIIIe s. a été démolie peu après la construction de la nouvelle église, et le choeur qui a été aménagé en chapelle en 1925.

Le patrimoine de la commune recèle quelques autres trésors comme le pont sur le Flavion, l'ancienne forge et le château de Weillen, un Christ en croix sous un petit abri festonné en façade d'une maison en moellons chaulés et calcaire rue de Foy à Foy, l'ancienne gare devenue halte des draisines de la Molignée, ou encore le château-ferme de Hontoir, ancienne seigneurie foncière dépendant du comté de Namur depuis le XIIIe s., puis seigneurie hautaine et propriété des Beaufort-Spontin dans la seconde moitié du XVIIIe s. Sans oublier la ferme de Herlem à Onhaye, ensemble en L des XIXe – XXe s., qui englobe au SE un exceptionnel logis du bas Moyen Age, siège de la seigneurie de Chestrevin au XIIIe s. Il en reste quelques fenêtres à meneau sous arc de décharge en plein cintre, petites fenêtres à linteau en bâtière, portes gothiques et échauguettes d'angle en encorbellement.

pieddepage

 

 

 

Lateral BDS 2017 photos